Rechercher par sujet

Sujets les plus plébiscités

Derniers articles

La fin d’Henri Bendel, un fantasme qui part en fumée…

La fin d’Henri Bendel, un fantasme qui part en fumée…

2.@izakzenou_illustrationist 3. @misstarabelle
2.@izakzenou_illustrationist 3. @misstarabelle
2.@izakzenou_illustrationist 3. @misstarabelle

Instagram 2.@izakzenou_illustrationist 3. @misstarabelle

Quand le compte Instagram d’Henri Bendel a annoncé la fermeture de la marque, mon premier réflexe a été de poster un commentaire de protestation désespérée… Après réflexion, j’ai estimé que cet événement méritait un article développant le-dit commentaire et revenant sur cette marque incontournable à mon sens.

Retour sur mon histoire tuée dans l’œuf avec Henri Bendel

J’ai découvert cette marque en lisant (oui, j’ai commencé par les lire) Gossip Girl, à treize ans, qui s’avère être une des favorites d’Olivia aka Blair et Serena, numéro deux après Barneys sur le podium des magasins qu’elles fréquentent le plus. Puis dans la série, dans un des nombreux rêves où Blair entre dans un personnage incarné par Audrey Hepburn, elle parodie la scène mythique qui introduit Breakfast at Tiffany’s et contemple avec horreur Serena et ses “minions” en train de prendre le thé en riant, dans la vitrine de chez Bendel. Coïncidence ? Impossible, la connotation du magasin se devait d’être une icône new-yorkaise de style et de classe et c’est lui qui a été choisi, en total accord avec l’ambiance “Audrey Hepburn” du rêve de Blair.
Ainsi, dès ma découverte du monde de la mode, je l’ai considéré comme une référence.

Tellement le look d'une fille de Gossip Girl

Tellement le look d’une fille de Gossip Girl

Du coup, il m’aurait été intolérable de partir à New York et de revenir sans un de leurs produits, si ce n’est un tas ! C’était symbolique. Et comme il me sera impossible de me rendre à New York avant la date butoir, janvier 2019, ma seule possibilité est de commander un souvenir de ce rêve voué à l’échec… Le magasin a été ouvert en 1895 et fait partie de la ville pour moi, et finalement, je ne connaîtrai pas le plaisir d’y entrer après ces années de fantasme et d’y faire des folies, ni d’exposer dans ma chambre leur magnifique sac à rayures chocolat…

J’ai un faible pour leur politique de marketing, également. Leur plus gros atout est que la personnalité de la marque transparaît vraiment à travers leurs publications, qui sont originales et innovantes et ne tournent pas qu’autour de leurs articles, s’adressent à sa clientèle plus qu’à des consommateurs.
Dernièrement, Henri Bendel a également joué avec un de mes points faibles, la blogueuse Paola Alberdi de “Blank Itinerary” (@paolaalberdi), que j’évoque souvent, en faisant une campagne publicitaire pour elle qui ne laissait pas présumer sa fermeture. Voir ma blogueuse préférée faire une collaboration avec Bendel m’a motivée ! Hélas, je n’aurais jamais l’opportunité de la remplacer.

La fin d'Henri Bendel, un fantasme qui part en fumée...
La fin d'Henri Bendel, un fantasme qui part en fumée...
La fin d'Henri Bendel, un fantasme qui part en fumée...

Henri Bendel m’inspire et me fait rêver depuis longtemps, et je suis très déçue de sa fermeture. Je me devais d’en faire un article, surtout que son image d’ensemble s’apparente à celle à laquelle j’aspire pour Miladies, puisqu’elle est par essence celle de la Lady new-yorkaise. Comme Audrey Hepburn, elle incarne cet esprit de Lady, d’où la scène de Gossip Girl et mon attachement à toutes les deux. Si la fameuse scène de Breakfast at Tiffany’s avait été tournée aujourd’hui, une paire des lunettes de soleil de la marque aurait parfaitement remplacé celles d’Audrey.

Je me doute bien que cet article n’aura aucun impact sur la décision d’un groupe tel que L Brands, même si j’ai encore de l’espoir qu’il revienne dessus… Et je me dis que Becky, dans Confessions d’une accro au shopping, parvient bien à ses fins (ou au moins essaye) en harcelant de mails les personnes concernées. Sa philosophie est un modèle, il faut toujours tenter le tout pour le tout, et il est peut-être temps que je m’y mette. Cet article pourrait en être le premier pas. Ce qui me fait penser qu’il faut que je vois le film…

MILADIES

@izakzenou_illustrationist

@izakzenou_illustrationist

No Comments

Leave a Reply

Lady : fantasme ultime et intemporel de la féminité ; femme de caractère, éclectique et stylée par essence, élégante, cultivée et ambitieuse. Suite

O.

Twitter Feed

devenez un VIF

*Very Important Follower

Catégories

Commentaires récents

Archives

×