Rechercher par sujet

Sujets les plus plébiscités

Derniers articles

L’Édito

Cahier des charges de mon aventure

Quand j’ai créé mon premier blog, j’avais treize ans. Je publiais, plus ou moins régulièrement, un article sur un livre qui m’avait plu, la lecture étant mon activité principale à l’époque. La même année, j’ai acheté mon premier numéro de Vogue et découvert plus qu’un nouveau centre d’intérêt, un vrai champ d’expérience et le début de ce qui m’apparaissait comme une aventure. J’avais élargi mon terrain de jeu, et lire ne m’a pas suffit, j’ai rapidement cherché à conjuguer la mode à mon besoin frénétique d’écriture. Mon premier blog fermé, je n’ai pas tardé à en ouvrir un deuxième, sur la même plateforme, où j’ai tenté de tenir durant quelques années un certain rythme de publication, dans les faits celui de ma motivation, plus portée par l’expérience en elle-même que réellement déterminée.

Aucun travail n’est vain, ce qui est d’autant plus préférable que je ne suis pas de ceux qui aiment perdre leur temps. Ces quelques articules, plus ou moins bons, on été des germes qui on mûri avec le temps sur ce que je dénomme, métaphoriquement, mon « terrain de jeu », parmi les plantes qui s’y trouvaient déjà. Tandis qu’ils s’enracinaient, de mon côté, je grandissais aussi avec le fantasme d’avoir un jour mon blog, dont ils ont ainsi défini la direction. En d’autres termes, jusque là, tout va bien, le plus dur est à venir.

Je suis deux choses, indéniablement : rêveuse, par mon imagination et mon goût des projets, même fantasmagoriques, et éclectique par ma curiosité portée sur de nombreux domaines. Ajoutez à cela l’esprit critique, vous obtenez ce que j’aime appeler un esprit libre, non sans orgueil – et pourtant, je ne suis pas de nature orgueilleuse. Combiné à mon goût pour l’esthétique et l’écriture, MILADIES en est né. Blogueuse et narcissique vont peut-être de paire, j’ai pensé mon blog à mon image, en tous cas dans sa fondation, en espérant qu’il s’exportera. Sinon, tant pis pour moi, ce ne sera pas faute d’avoir essayé.

Lady : fantasme ultime et intemporel de la féminité ; femme de caractère, éclectique et stylée par essence, élégante, cultivée et ambitieuse. La personnification s’est présentée à moi comme un moyen incontournable pour présenter « l’esprit » de MILADIES, mélange de ma propre personnalité et de cet idéal de féminité. La Lady est libre, d’abord, car je me suis donnée pour principe de ne jamais m’imposer de limites afin d’aller aussi loin que mes moyens me le permettent. C’est cette liberté qui m’a séduite avec le modèle du blog, qui ne rend de comptes qu’à ses lecteurs, et m’a détournée de mes fantasmes antérieurs de création d’un magazine, outre les réalités techniques qu’il induisait. En conséquence de quoi, les sujets de MILADIES sont pluriels, combinent tant mes aspects superficiels qu’intellectuels, et plus généralement tous ceux qui attisent ma curiosité. De la mode aux relations internationales en passant par mes lectures et mes moments philosophiques, le défi est de faire de cette pluralité une complémentarité, qui sans nous targuer de nous rendre meilleures, au moins, nous rend plus complètes, entières, existantes. Ma Lady, c’est un idéal de féminité que j’ai construit en grandissant et ma source d’inspiration première pour ce blog.
Ne manque à l’équation, que féminité et liberté ont en commun, que l’audace, dont j’ai fait mon maître-mot.

Il m’en faut pour me jeter à l’eau, même après des mois de méditation et s’il m’apparaît si colossal, je sais que je dompterai ce projet, progressivement, et me sentirai de moins en moins seule. Tenir un blog n’est pas écrire un roman en tête à tête avec son ordinateur, c’est un autre défi, par sa publicité et surtout, par son articulation au reste de ma vie qu’il implique. Une vraie aventure, dont je ne suis qu’aux débuts, avec pour plus gros challenge de ne tirer de mes craintes qu’une excitation productive pour la mener à bien, ce pour quoi heureusement, j’ai ma meilleure alliée pour me conforter : l’écriture.

No Comments

Leave a Reply

×